Les poésies du Roi Léo : Mon enfant

 

 

étoiles

Lorsque le jour s’évade, tu es en embuscade. A moitié endormi, j’entends déjà tes cris.
Sans être commencée, ma nuit est terminée. Mais je ne t’en veux pas, en fait j’attendais ça…
Au calme et sans bruit, quelquefois je me dis, qu’il me faut du courage, et puis, je tourne la page…
Quand sera le moment, très loin de notre présent, lorsque tu t’envoleras, ou la vie t’emmènera,
j’aurai une pensée, pour ces moments sacrés. Et en toute vérité, de te les souhaiter.

Philippe BEBOT

 


Laurent LOUBET  /   27 août 2014 à 15:09  /   Pas de commentaire  /   Lu 413 fois